Recherche de termes 
Rechercher dans: 
 Les mot-clés (par défaut)  
 Les définitions  

LES MOTS ESSENTIELS DU DHARMA

Page suivante>>

༄༅།།བླ་མ་དང་མགོན་པོ་རྗེ་བཙུན་འཇམ་དཔལ་དབྱངས་ལ་ཕྱག་འཚལ་ལོ།།

Lama Mañjushri, je vous rend hommage, Glorieux Protecteur, le Vénéré dont la voix est d'une grande douceur !

La plupart de ces termes techniques tibétains n'ont pas d'équivalent précis en français, il faut essayer de trouver un certain nombre d'équivalents, d'avoir une aura de signification, une fois qu'on en a bien compris le sens. Suivant les contextes on emploiera telle ou telle traduction

སེམས། (sems) skt. citta. Parmi les 5 ou 6 mots utilisés pour l'esprit, c'est le terme le plus général.Esprit pur, impur, duel, non duel.

སེམས་ཀྱི་གནས་ལུགས། (sems kyi gnas lugs) mode d'être essentiel de l'esprit, la disposition essentielle, nature essentielle de toute chose, la nature ultime de toute chose.གནས། localisation, position, ལུགས། la façon d'être, le mode, la façon d'être disposé, གནས་ལུགས། la disposition essentielle de l'esprit.
Ce mode d'être essentiel de l'esprit n'est pas exprimable dans les catégories, les déterminations de notre pensée habituelle : on ne peut pas dire qu'il est, qu'il n'est pas, ce qu'il est et qu'il n'est pas, ni nier qu'il ne soit les deux en même temps.

དེ་བཞིན་ཉིད། (de bzhin nyid) skt. tathata, ainsité, telléité, suchness, དེ་བཞིན། ainsi, ཉིད། particule qui forme les noms abstraits.

དེ་བཞིན་གཤེགས་པའི་སྙིང་པོ། (de bzhin gshegs pa'i snying po) skt. tathagatagarbha, la nature-de-bouddha, l'embryon de bouddha, c'est la nature pure de l'esprit, c'est སེམས་ཀྱི་གནས་ལུགས། . དེ་བཞིན། ainsi, གཤེགས་པ། aller, དེ་བཞིན་གཤེགས་པ། épithète des Bouddhas, les tathagatas, ceux qui en sont allés ainsi, ceux qui sont allés en l'ainsité, སྙིང་པོ། le cœur, l'essence, la quintessence. La quintessence de ceux qui s'en sont allés en la telléité est la nature-de-bouddha qui est latente en tous les êtres, le tathagatagarbha.

རྒྱུ། (rgyu) la cause primordiale, le potentiel, la potentialité. Cette nature de bouddha est la cause première de l'éveil. C'est parce que nous l'avons en nous qu'il est possible de l'actualiser par la pratique spirituelle, de la révéler. Le potentiel est la cause première qui recèle la potentialité de l'éveil comme la graine recèle la potentialité de l'arbre.

རིག་པ། (rig pa) skt. vidya, la connaissance. Si on connait le mode essentiel de l'esprit, c'est l'éveil. Ce n'est pas une connaissance que l'on a, mais une connaissance que l'on est.

མ་རིག་པ། (ma rig pa) skt. avidya, la non-connaissance, l'ignorance. D'ordinaire nous méconnaissons cette nature éveillée qui est en nous, cette disposition essentielle de l'esprit qui est le potentiel de l'éveil. Nous sommes donc en état d'ignorance : མ་རིག་པ།

སེམས་ཅན། (sems can) ceux qui ont un esprit : les êtres animés. ཅན། qui a.

ཡེ་ཤེས། (ye shes) skt. jñana, རྣམ་ཤེས། (rnam shes) skt. vijñana sont deux modes de connaisssance :

རྣམ་ཤེས། (rnam shes) skt. vijñana, la conscience, c'est "la conscience de", la conscience de quelque chose. C'est un mode de connaissance dans lequel il y a un sujet conscient, conscience de quelque chose, c'est le mode de connaissance duelle, dans la dualité du sujet et de l'objet. ཤེས། connaissance, རྣམ། donne l'idée d'une connaissance en mode distincte au travers d'aspects, རྣམ་པ། les aspects. La conscience est une connaissance médiate qui connait au travers de représentations que sont les concepts. Cette conscience est notre mode de connaissance habituel qui peut se transformer en : ཡེ་ཤེས། la connaissance primordiale.

ཡེ་ཤེས། (ye shes) skt. jñana,la connaissance primordiale, première, éveillée (sagesse), "primordial awareness", en ce sens que c'est la connaissance avant que l'esprit ait catégorisé l'expérience, conceptualisé. C'est la connaissance immédiate, non-duelle, dans laquelle il n'existe pas de moi ni d'autre, qui transcende le filtre conceptuel. ཡེ། premier, primordial, ཤེས། connaissance. C'est l'instant premier de la connaissance. Toute la progression spirituelle peut se résumer à ce passage de la conscience duelle habituelle རྣམ་ཤེས། en cette connaissance première ཡེ་ཤེས།

ཡུལ། (yul) l'objet, ཡུལ་ཅན། (yul can) le sujet, ཅན། ce qui a, ce qui possède. Le sujet est le possesseur de l'objet, ce qui se fixe sur l'objet.
Dans la conscience habituelle il y a
ཡུལ། et ཡུལ་ཅན། , dualité dépassée dans ཡེ་ཤེས། .
གཉིས་འཛིན། (gnyis 'dzin) la fixation duelle, la saisie duelle (d'un sujet et d'un objet), l'appréhension dualiste. གཉིས། 2, འཛིན། saisir, se fixer. རྣམ་ཤེས། la conscience habituelle fonctionne dans le domaine de la saisie duelle, elle n'est autre que la fixation duelle du sujet sur un objet.

བེམ་པོ། (bem po) ce qui est inerte, inanimé, les pierres, les minéraux, les végétaux, par opposition à སེམས་ཅན། les êtres animés qui ont une conscience, tous les êtres qui existent dans le domaine de la saisie duelle. Le Bouddha n'est plus considéré comme un "être animé" car il n'a plus une conscience individuelle. Tout est transitoire, impermanent, et au sens large tout ce qui est changeant est vivant, mais tout ce qui évolue n'a pas un esprit. Il y a aussi des consciences plus ou moins élaborées, organisées. La nature-de-bouddha est en tout, mais tous n'ont pas la possibilité de l'actualiser. Lorsqu'il y a ignorance on est un être ordinaire qui vit dans ses illusions ; lorsqu'il y a connaissance éveillée c'est l'état de Bouddha.

སངས་རྒྱས། (sangs rgyas) skt. buddha, le Bouddha historique, et aussi l'état de Bouddha, l'état d'éveil. སངས། pur, purifié, dissiper. Le Bouddha est celui qui a dissipé, purifié tous les voiles qui obscurcissent l'esprit, toutes les enveloppes qui constituent l'individualité. རྒྱས། épanouissement. L'état de Bouddha est l'état en lequel sont épanouies toutes les sagesses, toutes les qualités divines latentes en la nature de l'esprit. Le Bouddha est l'état de pureté ultime et d'épanouissement ultime de l'esprit, tout pur et tout épanoui.

ཆོས། (chos) le Dharma, l'enseignement du Bouddha. On lui distingue jusqu'à dix sens, dont les deux plus importants sont : l'enseignement et les phénomènes. Tous les phénomènes connus sont des ཆོས། choses, phénomènes, objets de connaissance. Il y a un lien entre l'enseignement et les phénomènes. L'enseignement est l'exposition de la loi qui régit toutes les choses, l'ordre des choses ; il nous amène à la compréhension de cet ordre des choses, du mode d'existence des phénomènes.

སངས་རྒྱས་ཀྱི་ཆོས། les qualités des Bouddhas, (ou bien l'enseignement du Bouddha).

དགེ་འདུན། (dge 'dun) Sangha, la congrégation, l'assemblée, l'assemblée de ceux qui tendent à la vertu. དགེ la vertu, c'est ce qui amène le bonheur et qui est positif. Tout ce qui est positif et heureux est vertueux. འདུན། tendre vers, aspirer à. C'est l'assemblée de tous ceux qui sont engagés dans la voie du Dharma, vers l'état de Bouddha, ceux qui tendent à la vertu.
དཀོན་མཆོག་གསུམ། (dkon mchog gsum) skt. Triratna, les trois joyaux, les trois rares et sublimes. དཀོན། rare, མཆོག། sublime, suprême, གསུམ། 3. Ils sont rares car l'apparition et la réalisation de l'état de Bouddha est rare, trouver la voie qui y conduit est rare et ceux qui sont capables de la suivre sont rares. Et sublimes car de toutes les réalisations auxquelles on puisse accéder, l'état de Bouddha est la réalisation sublime, la voie est la voie sublime.

སྐྱབས་སུ་འགྲོ་བ། (skyabs su 'gro ba) prendre refuge, se tourner vers, s'en remettre à. སྐྱབས། refuge, protection, སུ། pour, comme, འགྲོ་བ། aller. On se tourne vers l'éveil, à partir de notre état de peine, de confusion, de conditionnements samsariques. On se tourne vers cet état libre de toutes ces souffrances. Pour y arriver on suit la voie qui y conduit, le Dharma, et le Sangha constitue nos compagnons de route. Cette expression est souvent mal comprise et perçue comme une attitude de démission, d'abdication, attente d'être sauvé miraculeusement par le pouvoir de la grâce de la personne à qui l'on s'en remet. C'est une affirmation: nous sommes déterminés à travailler avec nous-mêmes, avec notre esprit en voie vers l'état de Bouddha. Nous avons besoin pour cela de la conscience de l'existence du but, des compagnons de route et de l'enseignement, mais le travail est fait progressivement par nous-mêmes.

དངོས་གྲུབ། (dngos grub) skt. siddhi, les accomplissements, la réalisation spirituelle. L'esprit se purifiant petit à petit, on obtient différents types d'accomplissements : les siddhis. On en distingue deux : ཐུན་མོང་གི་དངོས་གྲུབ། et མཆོག་གི་དངོས་གྲུབ། (Voir les entrées correspondantes ci-dessous).

ཐུན་མོང་གི་དངོས་གྲུབ། (thun mong gi dngos grub) les accomplissements relatifs qui sont les pouvoirs que l'esprit obtient lorsqu'il a un certain degré de stabilité, les pouvoirs appelés "supraordinaires" : ces accomplissements sont un résultat de la pratique de ཞི་གནས། Shiné. Ils sont ordinaires en ce sens qu'ils ne sont pas le signe d'une véritable réalisation spirituelle, mais d'une certaine maîtrise de l'esprit, par exemple la clairvoyance, la clairaudience, la connaissance des existences antérieures, la perception de l'esprit d'autrui. La recherche des pouvoirs supraordinaires est un écueil sur la voie spirituelle, et est même découragée. Le fait d'exhiber les pouvoirs ordinaires était un motif d'exclusion de la communauté monastique, car s'y attacher est le signe des ambitions de l'ego, de l'attachement à des ambitions personnelles.

མཆོག་གི་དངོས་གྲུབ། (mchog gi dngos grub) l'accomplissement suprême, c'est l'obtention de l'éveil, de l'état de bouddha.

ཚོགས་གཉིས། (tshogs gnyis) skt. divi sambhara, les deux développements (ou accumulations). Voir les deux entrées correspondantes ci-dessous. བསོད་ནམས་ཀྱི་ཚོགས། et ཡེ་ཤེས་ཀྱི་ཚོགས།

བསོད་ནམས་ཀྱི་ཚོགས། (bsod nams kyi tshogs) skt. punyasambhara, le développement de bienfaits, de karma positif.

ཡེ་ཤེས་ཀྱི་ཚོགས། (ye shes kyi tshogs) skt. jñanasambhara, le développement de connaissance première. Les deux développements recouvrent toutes les pratiques.

བསོད་ནམས། (bsod nams) les bienfaits, le karma positif, la vertu, = དགེ་བ། Tous les actes vertueux nous font faire le développement du karma positif, sur la base duquel se développe le développement de connaissance première. La pratique du don est développement, accumulation de "mérite". Puis progressivement on est amené à reconnaître le caractère illusoire de la destruction d'un donateur, d'un don et d'un acte de donner, et on s'ouvre ainsi à ཡེ་ཤེས་ཀྱི་ཚོགས།

ཚོགས། (tshogs) 1) regrouper, accumuler, ensemble, assemblée. Constitution d'un ensemble de karma positif et de sagesse. 2) ganacakra, offrande, festin Vajra.

ཚོགས་དྲུག (tshogs drug) ou བརྟེན་པ་རྣམ་ཤེས་ཀྱི་ཁམས་དྲུག (brten pa rnam shes kyi khams drug) skt. sad vijñanadhatu, les six ensembles dans lesquels se développent les six consciences des six sens, ou six modalités de conscience qui s'élèvent en dépendance des six facultés sensorielles (voir les entrées correspondantes mig gi rnam shes - rna ba'i rnam shes - sna ba'i rnam shes - lus kyi rnam shes - lce yi rnam shes et yid kyi rnam shes).

Page suivante>>



Problèmes, suggestions ou remarques, s'adresser à tchame@rimay.net